Site dédié à la publication d'informations communiquées par le Collectif des déboulonneurs. En aucun cas ce site n'appelle à des actions illégales.

english - Soutien aux déboulonneurs spanish - Soutien aux déboulonneurs



flux RSS - Soutien aux déboulonneurs $nbsp;

Accueil du site > Rouen > Compte rendu de la 16ème action à Rouen, le samedi 26 avril

Compte rendu de la 16ème action à Rouen, le samedi 26 avril

Article publié le mardi 13 mai 2008

Nous avons choisi de faire ce jour-là une action originale sur la place du Palais de Justice qui est très passante en plein centre ville.

30 activistes sont au rendez-vous de 14h58, tout commence. Accueil des nouveaux, explications de l’action et répartition des rôles. Nous sommes 40 un peu plus tard. Le metteur en scène, juché sur un tabouret, lance l’action, successivement sur les 14 surfaces de pub qui sont sur les abribus de la place et la colonne du métro. Ces surfaces de pub sont alors recouvertes de poèmes, de slogans ou d’arguments antipub, tous préparés chez soi sur papier. Ils sont donc scotchés sur les panneaux. D’autres sont ensuite recouverts d’un film plastique transparent puis bombés avec « Ici bientôt un arbre », « La pub fait dé-penser » , etc. Deux panneaux ont été l’objet de décorations issues d’un « atelier de dessin participatif » réalisé sur place. La place du Palais de justice est méconnaissable.

Chaque activiste est venu avec un chapeau et s’est mis un A4 jaune sur lui, avec l’aide d’un ruban adhésif double face. Ces ajouts ont l’intérêt de rendre l’action festive, ce qui apaise toujours les tensions des passants intempestifs et de la police. 800 tracts ont été distribués. Les passants ont eu tout le loisir de lire au calme nos arguments contre l’invasion publicitaire et en faveur du 50x70. Et la police ? Elle est passée en trois vagues ! Tout d’abord trois policiers de la police municipale. Tout occupés à vouloir arrêter l’ardeur de trois déboulonneurs qui décoraient un surface de pub, ils n’ont pas vus deux autres bomber sur cellophane un autre panneau à 2 m de là. C’est que l’on peut se cacher dans un abribus ! Ces policiers sont repartis quand ils ont compris que l’action était programmée pour durer 2 heures. Trois autres policiers de la police munipale passent peu après. Ce fut plus coriace. Ils ont été décontenancés quand une quinzaine d’activistes leur ont donné bénévolement leur carte d’identité. Surgit alors une voiture de la police nationale. « Ah, le Collectif des déboulonneurs, mais on connaît ! ». Négociation : « tout sera fini à 17h ». D’une manière générale, les policiers n’ont pas compris rapidement que les déboulonneurs ne commettaient cette fois-ci aucune dégradation condamnable par la loi. Il leur a fallu tout leur expliquer.

Et JCDecaux ? On s’attendait à une virée musclée d’employés de cet afficheur, comme on en a déjà eue d’autres fois. Ils ne sont pas venus. Nous avions un plan pour les accueillir en toute non-violence. Trucs rigolos : quand les policiers nous ont demandé de circuler, nous avons circulé en faisant une farandole à 40 déboulonneurs, tout en chantant « Le barbouilleur » sur l’air du « Le déserteur ». Puis nous sommes allés leur remettre les paroles en main propre. Notre mégaphone était tombé en panne, mais un tabouret fut réquisitionné pour servir à ceux et celles qui ont voulu dire ce qu’ils pensaient de l’invasion publicitaire et du 50x70. Une passante confie alors à sa voisine « Je ne suis pas antipub mais je trouve que ces jeunes ont raison de critiquer la société de consommation, Orange m’exploite, je ne parviens pas à résilier mon abonnement ».

À 16h45, goûter au jus de pomme puis bilan à chaud sur place. Fin de l’action à 17h.

Le dimanche matin, les ¾ des décorations étaient encore là, bien visibles. Quelques milliers de personnes ont donc pu les lire. Malgré cette bonne action réussie que nous sommes prêts à renouveler, plusieurs membres du Collectif de Rouen gardent une préférence pour l’autre type d’action : barbouillage et bâchage sur les 4x3 mètres.

Regrets : qu’un joueur de quilles, 2 flûtes, pas de gros instruments de musique.

- Article dans Paris Normandie du 28/04
- Des photos



Site utilisant SPIP - Hébergement Ouvaton