Site dédié à la publication d'informations communiquées par le Collectif des déboulonneurs. En aucun cas ce site n'appelle à des actions illégales.

english - Soutien aux déboulonneurs spanish - Soutien aux déboulonneurs



flux RSS - Soutien aux déboulonneurs $nbsp;

Accueil du site > Paris > Les Déboulonneurs s’offrent le Trocadéro

Communiqué de presse

Les Déboulonneurs s’offrent le Trocadéro

Article publié le dimanche 1er octobre 2006

Vendredi 29 septembre 2006, vers 20 heures, quatre panneaux publicitaires déroulants de l’afficheur Avenir (groupe JCDecaux), situés à l’angle de la place du Trocadéro et de l’avenue Georges Mandel (Paris), ont été barbouillés par sept membres du Collectif des déboulonneurs. C’était la neuvième action mensuelle de ce collectif, qui agit simultanément dans plusieurs villes de France depuis novembre 2005, et dont la revendication principale est la réduction du format des affiches publicitaires à 50 x 70 cm.

Les barbouilleurs, qui, dans un esprit de désobéissance civile non-violente, avaient rendu publics le lieu et l’heure du rendez-vous, étaient entourés d’une cinquantaine de sympathisants, d’une dizaine de journalistes et photographes, et d’une cinquantaine de policiers en « armure ». À noter aussi, la présence de deux élus venus affirmer leur soutien explicite au micro : Jean-Christophe Mikhaïloff (délégué au tourisme du 11e arrondissement) et Jean-François Pellissier (adjoint au maire du 13e arrondissement).

Après les prises de parole, les militants ont peint et bombé des graffitis antipublicitaires sur les panneaux, à visage découvert, suivant leur mode d’action habituel. Ils ont ensuite été interpellés par des policiers dont certains, tous grades confondus, n’ont pas caché leur sympathie pour la cause des « Déboulonneurs ». Après leur départ, sous les applaudissements de la foule et aux accents du « Barbouilleur » (une adaptation du « Déserteur » de Boris Vian), le reste des manifestants s’est dispersé comme convenu avec la police.

Photo H. Leglise-Bataille

Au commissariat de la rue de la Faisanderie, les sept interpellés ont eu la surprise, au cours de leur interrogatoire, de se voir ordonner de se soumettre au prélèvement de leur ADN, dans le cadre du fichage génétique des criminels. Ce que tous les sept ont refusé, de façon non concertée !

Le Collectif, qui a déjà remporté une victoire en justice (Montpellier, juin-juillet 2006), continuera ses actions jusqu’à obtenir satisfaction. Prochains barbouillages : le 27 octobre, puis le quatrième vendredi de chaque mois.

Quelques photos sont disponibles

Ainsi qu’une très bonne vidéo



Site utilisant SPIP - Hébergement Ouvaton