Site dédié à la publication d'informations communiquées par le Collectif des déboulonneurs. En aucun cas ce site n'appelle à des actions illégales.

english - Soutien aux déboulonneurs spanish - Soutien aux déboulonneurs



flux RSS - Soutien aux déboulonneurs $nbsp;

Accueil du site > Rouen > Compte-rendu d’action et de réunion publique à Rouen

Compte-rendu d’action et de réunion publique à Rouen

Article publié le mardi 28 novembre 2006

Action de barbouillage le 18 novembre et réunion publique le 24 novembre organisée par le Collectif des déboulonneurs de Rouen.

Lors de l’action de barbouillage, trois panneaux ont été barbouillés, avec chacun, en travers, en grosses lettre épaisses de couleur : "Pub = matraquage". Le premier a avoir subi notre joyeuse visite est un 4x3 ( Dauphin) indiquant qu’il y a un Mac Donald’s à Tourville !!! Mais le barbouilleur, à 6 m de haut sur son échelle, avait une bombe de couleur mauve, ce qui au final n’était pas une couleur se détachant bien sur le rouge de Mac Do.

Les 2 autres barbouillages ont été réalisés sur un double déroulant (JCDecaux), aux feux rouges où se trouve la bifurcation entre la N. 15 et la route de Bonsecours. Graffitis réussis. 500 tracts ont été distribués aux automobilistes, nombreux aux feux rouges, ce qui a demandé beaucoup de prudence aux distributeurs.

Le journaliste de Paris-Normandie était là dès le début, ainsi qu’une télé locale. Voir l’article et le reportage sur ce site.

Pour ce barbouillage, le groupe de Rouen a choisi de s’attaquer à l’une des entrées de la ville transformée en dépotoir par de grands panneaux alignés. L’intérêt de cette action à l’endroit choisi est indéniablement de s’adresser aux automobilistes arrêtés aux feux rouges à l’entrée de l’agglomération. Coincés dans leur voiture, ils voient de loin les panneaux barbouillés. Un activiste leur propose un tract, expliquant l’action non-violente de désobéissance civile.

Ce que les distributeurs de tracts ont entendu auprès des automobilistes arrêtés aux feux rouges :
- c’est bien ce que vous faites,
- si j’avais votre âge, je serais avec vous,
- vous avez raison, il y a vraiment trop de pub partout, y en a marre,

autres :
- lui : mais pour moi , monsieur, la pub, ce n’est pas un problème. Je ne l’écoute pas et ne la regarde pas. Je coupe le son de la radio et je coupe alors la télé ;
- déboulonneur : et dans la rue, vous faites comment ?
- lui : bah... euh, je ne regarde pas, euh...
- déboulonneur (avec un air coquin) : ah oui, vous fermez les yeux ?
- d’accord, vous m’avez eu, allez donnez-moi votre tract (rire de connivence)

À 12h, comme la police n’est pas venue, le barbouilleur est parti à pied à l’Hôtel de police pendant que les 25 autres activistes repartent chez eux à pied, en vélo, en bus ou en voiture. Chez les policiers, le barbouilleur n’a pas été d’abord pris au sérieux, malgré ses doigts encore remplis de peinture. Pendant quelques secondes, il a craint que la police n’appelle l’HP !!! Puis le policier de garde a vite repéré sur son ordinateur que le barbouilleur était connu des services pour d’autres barbouillages. Une voiture de police est alors partie illico pour constater les panneaux décorés. Le barbouilleur est reparti chez lui à 14h30. Il sera convoqué d’ici peu pour faire sa déposition... qui devrait intéresser les magistrats de Rouen …

Remarques :
- chacun des activistes de Rouen apprécie de se mettre dans le dos un A4 jaune avec dessus le texte du graffiti mis à la bombe sur les panneaux. Ce visuel est mobilisateur, et il est un repère pour les personnes qui voit soudainement l’action ;
- il n’y avait aucun passant aux abords des 3 panneaux barbouillés, seulement des voitures. Ce type d’action permet de conscientiser des automobilistes que nous sommes aussi parfois. En calculant le nombre de voitures par minutes, on en déduit que plus de 16.000 voitures ont vu le samedi et le dimanche les 3 panneaux ainsi barbouillés. Les 2 faces du déroulant de JCDecaux ont été nettoyées le lundi matin ; le panneau Dauphin pour Mac Donald’s est encore graffité ;
- distribuer un tract sur place lors de l’action, aborder les automobilistes avec le sourire, nous plaît beaucoup. Il y a un contact de visage à visage. Nous n’avons rencontré que quatre ou cinq personnes refusant le contact, en remontant la vitre, curieusement des jeunes de 18-30 ans. Sur 500 voitures abordées, c’est peu.
- le barbouilleur est adepte du barbouillage soigné : très épais, visibles de loin, très loin. Il se propose même d’avoir une autre fois un chiffon à la main pour retirer la peinture qui peut dégouliner des lettres.
- On ne sait pas qui a téléphoné à la police, apparemment en faisant le 17. Ce détail n’a pas échappé au journaliste de Paris-Normandie. Il a fait son boulot en le racontant, mais cet écho dans la presse ne sert à rien. Tout ce qui ne sert pas notre critique de l’invasion publicitaire et l’objectif de faire changer la loi en imposant aux afficheurs le 50x70 est finalement vain.

Le vendredi 24 novembre, le Collectif de Rouen a organisé une soirée-débat, avec projection,. Ce ne fut pas l’affluence des grands jours, moins de cinquante personnes, mais cette réunion, préparée depuis plus d’un mois, a permis au groupe de contacter de nombreuses associations de consommateurs, de parents d’élèves, pour la défense des droits de l’homme, la décroissance,… Ces contacts ont permis de faire connaître notre combat antipub non-violent, de nous expliquer.

Des photos sont disponibles

L’article de Paris Normandie

(JPG) Reportage Domino TV, la web TV du grand Rouen



Site utilisant SPIP - Hébergement Ouvaton