Soutien aux déboulonneurs

Accueil > Lille > Action du Collectif des Déboulonneurs – 21 Novembre 2010 – Lille

Action du Collectif des Déboulonneurs – 21 Novembre 2010 – Lille

dimanche 28 novembre 2010, par Lille

Compte-rendu chronologique :

14 h 50 (environ) : 6, pl. Richebé ; environ 50 personnes (dont 9 musiciens – 6 accordéons, un banjo, un saxophone, une flûte traversière -, 3 journalistes – France Bleu, Nord-Eclair, Voix du Nord). Interprétation de Petite histoire de la publicité (sur l’air de la Tumbalalaïka, paroles d’Eric Pierre).
15 h : prise de parole au mégaphone (présentation de l’action).
15 h 5 : barbouillage d’un obstacle CBS par deux militants. Pochoir “Stop pub” + “Marre de la pub, vraiment marre”.
15 h 10 : angle pl. Richebé/pl. de Béthune ; bâchage puis barbouillage d’un obstacle CBS par deux militants. “Obéis, consomme !” et “Honte à la pub !” ; interprétation de Petite histoire de la publicité.
15 h 23 : rue de Béthune ; panneau mural JCDecaux (2 mètres carrés) barbouillé par un militant ; “Ras la pub”.
15 h 26 : 9, r. des Fossés ; 2 panneaux muraux JCDecaux (2 mètres carrés) barbouillés par deux militants ; “La pub vous ment” et “Rêve ou consomme”.
15 h 32 : pl. Rihour ; 1 obstacle CBS barbouillé par une militante avec son bébé sur le ventre ; “La pub, parce que nous l’avalons bien”.
15 h 35 : toujours pl. Rihour, à l’angle de la rue Jean-Roisin ; 1 obstacle CBS recouvert de cellophane noir puis barbouillé par un militant ; “Stop pub” et « Taille maxi 50x70cm » ; interprétation de (H)exaction (sur l’air de Hexagone de Renaud).
15 h 50 : 19, rue Jean-Roisin ; panneau mural JCDecaux (2 mètres carrés) barbouillé par une militants ; “La pub vous rend esclave”.
15 h 55 : 9, r. Nationale ; barbouillage d’un obstacle CBS par trois militants ; “Votre argent, leur propagande”,“Liberté de réception” et un détournement de pub « Lille s’engage contre la pub – Quelle chance ! » .
16 h 5 : pl. du Général-de-Gaulle (dite “Grand-Place”) ; photo de groupe devant la fontaine. Fin de l’action, retour vers le lieu des rencontres.

Compte-rendu plus détaillé :

En ce dimanche 21 novembre, gris et glacé, le Collectif des Déboulonneurs a su apporter le rayon de soleil qui manquait aux rues lilloises pour les réchauffer. A 15 heures a débuté la trente-deuxième action de résistance à l’invasion publicitaire des Déboulonneurs lillois, en présence d’une cinquantaine de personnes, essentiellement des militants de la cause.

A noter, la singularité de cette trente-deuxième action, parachèvement du week-end des rencontres nationales des Déboulonneurs : s’y sont joints les collectifs parisiens, tourangeaux, lyonnais (les rouennais étaient absents) pour une déambulation en musique. Au total, six accordéons, un saxophone, une flûte traversière et un banjo se sont harmonisés pour donner à cette action de désobéissance civile sa tonalité festive, redoublée par la chaleur humaine se dégageant du groupe.

En tête du cortège et toujours visible, une banderole spécialement confectionnée pour l’occasion, où l’on peut lire « Collectif antipub des Déboulonneurs - 50*70cm ». L’occasion de réaffirmer les revendication principales du collectif : liberté de réception et limitation du format publicitaire à 50x70 cm.

En présence, trois journalistes, dont un travaillant pour la radio France Bleu Nord. Grande absente du rendez-vous dominical, et ô combien regrettée : la police, qui n’a pas honoré les Déboulonneurs de sa présence. L’action commence par un barbouillage en duo. Maxime a inscrit sur la sucette « Marre de la pub », que Marion a complété par un « Vraiment marre », le tout rehaussé de la signature du collectif : « STOP PUB – www.deboulonneurs.com », à l’aide de l’ingénieux pochoir réalisé par la barbouilleuse. Quelques passants ou usagers des bus portent leur regard vers le groupe, mais les passages se font malheureusement rares.

Ensuite, quelques pas ont conduit les « publiphobes » à la prochaine sucette, place de Béthune. Maxime et Maxence ont alors organisé un bâchage tandis que le groupe entonnait joyeusement, accompagné par l’orchestre, sa « Petite histoire de la publicité », écrite par le parisien Eric, sur l’air émouvant de Tumbalalaïka. Sur la bâche, viennent s’inscrire les slogans « Obéis, consomme ! » (Maxence) et « Honte à la pub ! » (Alain).

Les parisiens, peu habitués à l’absence policière, s’en sont donné à cœur joie en usant de peaufinages esthétiques des slogans. La déambulation, toujours en musique, s’est poursuivie rue de Béthune. Au passage, un barbouilleur parisien, en a profité pour mettre en pratique son preste maniement de la bombe pour inscrire « Ras la pub » sur un panneau faisant face aux Galeries Lafayette. Un peu plus loin, deux panneaux illégaux (car situés sur la façade d’un habitat) provoquent le collectif, dont la réactivité s’est de suite vérifiée grâce à la complicité d’Armelle et Jean-Louis. Sur l’un est écrit « La pub vous ment », à quoi répond « Rêve ou consomme » sur l’autre. Tout ceci n’est pas sans susciter la curiosité des habitants de l’immeuble, qui ne sont pas allés jusqu’à braver le froid pour suivre le cortège – aussi joyeux que déterminé –, qui a poursuivi son chemin en direction de Rihour.

C’est alors Laetitia et Solen qui scellent le sort de la prochaine sucette en lui imposant le calembour suivant « La pub parce que nous l’avalons bien » (gloups, pas facile à digérer celui-ci...). Puis, c’est toujours en musique, et cette fois sous les mélodies du « Barbouilleur » et d’ « (H)exaction », très appréciées par le public, que l’action se poursuit, avec l’enrubannage de la sucette située devant la pharmacie de Rihour. Une fois la sucette emballée, y sont inscrits les sobres mais efficaces « Stop pub » (Jules) et « Taille maxi 50x70cm » (Marc).

Et parce que l’effervescence est à son comble, il est difficile pour la troupe de s’arrêter. Les Déboulonneurs ont donc rajouté deux panneaux à leur palmarès de la journée, en se dirigeant dans la rue Nationale. Le premier a donc reçu un « La pub vous rend esclave » inscrit par Armelle. Le second, une sucette, ce sont un lyonnais et deux parisiens qui s’en sont occupés, à coup de : « Votre argent, leur propagande » et « Liberté de réception – Lille s’engage contre la pub ! – Quelle chance ».

Et voilà comment s’est achevée cette trente-deuxième action des Déboulonneurs de Lille, riche en émotions quoique marquée par la déception qu’ont causé l’absence des policiers et la peu abondante présence du public. Au total, 9 panneaux furent touchés par l’intervention courageuse de 14 barbouilleur-ses de toute la France !

Afin de parachever la convivialité du moment, une photo de groupe est prise devant la fontaine de la Grand Place, sous la statue de la Déesse. Ce qui fut l’occasion pour Yvan de rappeler que le collectif se trouvait alors réuni sur la place empruntant le nom de Charles de Gaulle, symbole de la Résistance, écho à la cause des Déboulonneurs, qui aussi ont résisté à l’agression publicitaire en ce dimanche 21 novembre 2010. Aucune plaque n’a été scellée à la mémoire de l’action, qui restera néanmoins dans le cœur des membres du Collectif.

A noter qu’en fin de journée, une dizaine de militants étaient toujours retenus au Poste... devant une bière et des frites, dans la chaleur de ce café lillois situé rue des Postes !