Site dédié à la publication d'informations communiquées par le Collectif des déboulonneurs. En aucun cas ce site n'appelle à des actions illégales.

english - Soutien aux déboulonneurs spanish - Soutien aux déboulonneurs



flux RSS - Soutien aux déboulonneurs $nbsp;

Accueil du site > Rouen > Comte rendu de la 14ème action à Rouen, le 28 décembre

Comte rendu de la 14ème action à Rouen, le 28 décembre

Article publié le lundi 31 décembre 2007

En bref : . 55 à 60 antipubs non-violents en action ; . 18 faces d’obstacles urbains JCDecaux barbouillées à la bombe sur film plastique transparent ; . 7 faces d’obstacles urbains JCDecaux complètement recouvertes par du papier de récupération et décorées de manière participative au stylo feutre. . Inscriptions : « La pub = matraquage », « Ici, bientôt un arbre », « Le bonheur n’est pas dans la consommation », « Je pub, tu achètes », « Ville vendue à la pub », « Qui paie la pub ? », etc. . Itinéraire : musée des Beaux arts, rue Lecanuet, rue Jeanne d’Arc, place du Palais de Justice, place du théâtre des arts. . 900 tracts distribués aux passants. Très bon accueil de leur part. . Police : 2 policiers des R.G. nous ont suivi à pied, sans rien nous dire. . Les cerises sur le gâteau : un tuba, un trombone et un accordéon pour déboulonner la pub en musique. Une vingtaine de chapeaux des plus baroques. Un vélo avec remorque pour transporter le matériel. Le chant « Le Barbouilleur » (sur l’air du « Déserteur »), chanté pour la première fois à Rouen. . Couverture médiatique : un excellent reportage France3 Haute-Normandie, une émission sur France Bleue, 2 articles dans Paris Normandie. La pub a passé de mauvaises fêtes à Rouen, mais nous avons encore à perfectionner nos mises en scène.

Commentaires sur l’action : 10h44 : on se retrouve, accueil des nouvelles têtes, de la presse et des R.G. ! 11h : station des Cy’clic rue Lecanuet (vélos JCDecaux). Depuis le 22 décembre, Rouen a 175 vélos en libre service. Un contrat a été passé entre la Ville et l’afficheur. Celui-ci démonte des 4x3 (comme celui de la place Cauchoise qui a disparu) et installe des obstacles urbains (= sucettes JCDecaux) un peu partout. Au lieu d’avoir une affiche, ces nouveaux obstacles urbains matraquent les passants avec 3 affiches défilantes, ce qui fait dire au Maire qu’il y a maintenant moins de surfaces publicitaires à Rouen. C’est exact, mais il y a plus de pubs car maintenant elles défilent trois par trois, éclairées toute la nuit ! Par ailleurs, les vélos JCDecaux ne sont que pour le centre ville ; ils sont faits pour amuser le public au centre ville et non pour encourager les habitants à abandonner leur voiture comme à Strasbourg, Toulouse…À Rouen, les Cy’clic cachent l’absence d’une véritable politique efficace pour le vélo et les transports en commun.

11h 15 . Après avoir fait la fête aux Cy’clic, et entraînés par la musique des cuivres et d’un accordéon, nous avons lancé une grande première dans le monde antipub ! Munis de rouleaux de film plastique transparent, nous avons enrubanné les pubs des abris bus et les obstacles urbains, puis toutes les pubs commerciales ont été ensuite barbouillées de slogans antipub. À noter que la peinture des bombes ne coule pas sur ce type de plastique, c’est propre et génial. Le spectacle est assuré, les passants comprennent vite et bien, ils ne se sentent pas agressés et applaudissent quand on leur explique que rien n’est dégradé. La police n’intervient pas car il n’y a pas de dégradation, donc pas de risque comme lors d’un barbouillage traditionnel qui peut conduire à un procès au pénal. Barbouiller sur du film plastique transparent ne fait courir aucun risque, ni devant la police ni devant les tribunaux, quand s’est assumé de manière collective, non-violente et à visage découvert. Un petit entraînement préalable est quand même nécessaire pour bien faire les choses, car il faut faire de la gesticulation sur tabouret pour bien enrubanner les deux faces des obstacles urbains !

12h : fin de l’action, apéro et bilan à la place du Théâtre des arts. Les musiciens ont été applaudis, comme le vélo avec sa remorque, ainsi que les chapeaux. Ces notes festives ont eu toute leur importance. Des hommes de JCDecaux sont venus retirer tous nos films plastiques, nous engueulant au passage. Cool, on les a laissés à leur besogne, leur précisant toutefois qu’après avoir tellement vanté la cigarette qui tue et maintenant les 4x4 qui polluent, on espère que JCDecaux sera un jour poursuivi par la Cour Internationale de Justice de La Haye ! Morale à retenir pour nous : le Centre ville est très surveillé par les hommes de JCDecaux, surtout depuis l’apparition des Cy’clic, et en plus cet afficheur pouvait tout savoir de notre action puisqu’elle avait été annoncée deux jours avant dans Paris-Normandie. À réfléchir pour nos prochaines fois !

D’après nos comptages, nous avons été entre 55 et 60 ! Bravo ! Une date en semaine, entre Noël et le Jour de l’An, faisait que bon nombre d’habitués du déboulonnage étaient ailleurs en vacances, mais d’autres ont pu venir avec des amis de passage. 11h est une bonne heure pour France3, à retenir également. Merci aux amis expérimentés venus de l’Eure.

Le groupe de Rouen, avec ses diverses expérimentations au long cours, estime de plus en plus que, pour faire valoir le 50x70 cm, faire modifier la loi de 1979 sur l’affichage, que :
  le barbouillage direct à la bombe sur les 4x3 est excellent. Cet acte de désobéissance civile conduit à un procès au pénal, procès en forme de caisse de résonance pour l’antipub (prochains procès : Paris, le 6 février à 13h30 ; Amiens, le 20 mars),
  le bâchage, sur des bâches peintes à l’avance, est fameux, spectaculaire, ne fait courir aucun risque aux auteurs. Le groupe de Montauban nous a montré le chemin.
  le barbouillage sur film plastique transparent placé sur les obstacles urbains et abri bus est lui aussi fabuleux et spectaculaire, et ne fait courir aucun risque aux auteurs. Comme le bâchage, il permet de mettre beaucoup de monde dans le coup.

La pub a vraiment du souci à se faire et les paysages à espérer de revivre, si l’on s’en donne la peine. En touchant à la pub, on touche au fer de lance de la cynique société de consommation. Courage, continuons à nous mobiliser. La non-violence est notre force.

Les photos

Artcicle du 29 décembre Paris Normandie, Grand Rouen : "Ils font la fête à la pub". Axel leclercq



Site utilisant SPIP - Hébergement Ouvaton